samedi 17 février 2007

Des nouvelles de Tonton

Voilà un bon moment que je ne vous ai pas entretenu des pérégrinations virtuelles de Tonton et de sa frénétique recherche de la compagne idéale.

L'a été cloué au pieu pendant quelques jours cette semaine le Tonton. "Un virus attrapé dans l'air". Se demandait même s'il pourrait aller livrer son émission de radio today.

M'est avis que c'est le net qui est en train de lui faire la peau.

C'est que ça rend dingue ce truc.

Tonton dont la vieille fiche sur un réseau de rencontre ne semblait plus attractive a décidé, il y a quelques semaines, de s'en créer une nouvelle mais sans détruire l'ancienne.

Bingo! Nombreuse visites et mêmes des p'tits mots.

Or, un beau soir il se rend souper avec une éventuelle Dulcinée. Le tout se déroule très bien. Les deux décident de se revoir.

Le lendemain, Tonton reçoit une invitation galante sur son ancienne identité. C'était la fille de la veille qui n'avait pas fait le lien, malgré la photo (!), entre les deux fiches...

Depuis, il a fait deux ou trois rencontres dont une bibliquement. La plus récente, lundi dernier. Après une autre belle soirée somme toute agréable, il s'aperçoit le lendemain que la dame est "en ligne" sur le site.

Donc, en train de "magasiner". Lui aussi, l'est sur le réseau, dites-vous? Bien sûr, mais vous connaissez le raisonnement dans des situations pareils: "si je n'y étais pas, l'autre y serait quand même".

Et il lance des bouteilles aux p'tites mères. Comme dans la vie: "il y a en une sur dix qui dit oui, faut tomber sur la onzième", pour reprendre l'ancien journaliste sportif Tom Lapointe. Un grand sage...

Pendant ce temps, il se fait du mauvais sang le Tonton. Songe à ses fiches en permanence. L'obsession se manifeste. Il consulte trois fois plutôt qu'un son ordi pour faire moisson de courriels tel un pêcheur qui surveillerait ses lignes. Et le plus drôle, c'est qu'entre deux sollicitations, il réécrit à celles qui ne lui ont pas répondu.

Langue élégante et style châtié, il leur souhaite bonne chance dans leurs démarches tout en leur rappelant, avec une ironie subtilement assassine, que leur fiche indiquait "personne bien éduquée".

Bref, Cyrano qui enverrait paître une récalcitrante.

Sans s'apercevoir, trop enseveli émotivement, qu'il procure un immense pouvoir sur sa vie à des femmes qu'il ne verra même jamais.

Et il cherche encore tout en recevant des photos de visages que seule une mère pourrait aimer. Déprimant, vous dite?

Ça rend dingue ce truc. Drogue puissante. M'en tiens loin. Good luck, Tonton.

1 commentaire:

Geneviève a dit…

Ouais, peut-être que les attentes sont plus grandes que dans la ''vraie'' vie.

Finalement, c'est juste un reflet de la société: on y trouve le meilleur ( peu ) comme le pire ( beaucoup ).