samedi 17 février 2007

Spa et féminisme


-Klod, ça te tentes-tu de venir avec moi passer deux jours dans un chalet à Val David, elle demande.

-Hum, super mais je dois rendre mon texte sur le féminisme lundi. Deadline.

-Il y a un ordi et internet là-bas.

-Ah, super alors, je viens.

-On en profitera pour aller dans un spa.

-Génial!

-Au fait, ça te dérangerais-tu si ma copine se joignait à nous?

-Un trip à trois, donc (rires). Tu as déjà vu un mec refuser une telle proposition?

-Je savais que tu dirais quelque chose du genre...

Je m'en vais donc dans un spa avec deux étudiantes en danses contemporaine "réfléchir" sur les avatars du féminisme.

S'cusez du peu.

La vie à de ces mystères...

7 commentaires:

Marc-Alex a dit…

Ça a dû être vraiment pénible au spa avec deux filles ... Quelle vie de chienne !

klod a dit…

Bah, se tremper des orteils au cou dans une rivière à -30 degré celsius à de quoi stimuler la vigueur! :) lol.


Bienvenue Marc-Alex.

Picma a dit…

Enfin! Je suis bien contente pour toi, quelques commentaires. lol
Je ne passe pas une matinée sans faire un détour par ton blog. Lâche pas. A+

Anonyme a dit…

Et moi je trouve ton blog vraiment chiant.
Tonton

Anonyme a dit…

'Ya un p'tit comique qui essaie de se faire passer pour Tonton ? On on pas le sens de son identité propre assez fort? On s'identifie, on tranfère...???

Hummm... Un cas d'usurpation somme toute assez banal.

klod a dit…

Voilà que ce petit terrain de jeu commence enfin à susciter des commentaires écrits. Faut croire que mon sympathique lectorat aime les allusions concupiscentes... Hein Picma (lol) ?

Si plusieurs amis me laissent encore des réflexions et/ou encouragements sur ma boite de messages privées ou au téléphone, je me découvre de nouveaux camarades et j'en suis fort heureux.

Moi qui me demande parfois à quoi peut bien servir ce petit journal virtuel, voilà que le beau ténébreux Steph du Café Pico me disait hier avoir "repris le goût à la vie" en lisant le post sur le spa de samedi.

J'aime même un lecteur usurpateur d'identité qui se fait passer pour Tonton.

C'est la consécration, on me lit pour me haïr!

Remarquez la fine analyse et l'argumentaire redoutable de cette raclure anonyme qui doit être bien souffrante. Reviens me voir, je continuerai à te donner de bonnes raisons de me trouver emmerdeur.

Quant aux autres, merci pour votre fidélité et ce privilège que vous m'accordez en me consacrant un peu de votre attention.

Oui, Fana Nana, je disséquerai bientôt les chansons commises pour et avec Mario Peluso.

Et souvenez-vous ce mot de Sacha Gutry. "Si les gens qui disent du mal de moi savaient ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage."

Anonyme a dit…

" Le pire de certaines haines, c'est qu'elles sont si viles et rampantes qu'il faut se baisser pour les combattre. "
Marie d'Agoult