vendredi 6 avril 2007

L'Île des légendes



C’était en 87, le 16 août. J’étais sur une plage cubaine et, après avoir sifflé quelques rhum, ai décidé d’aller taquiner le requin en haute mer. Comme l’autre là, Hemingway qu’il s’appellait (possédais quelques lettres sous mes allures de simplet). Malgré les protestations de Pedro, mon guide indigène qui me disait : « No Senor, Senor, pas aller. Danger! la mer bientôt fâchée! »

Puis sont apparus les dragons de la mer. Black out. Lorsque je me suis éveillé, les yeux éblouis de soleil, j’ai soudainement entendu une voix qui ne m’était pas inconnue.

Dans ma vision floue, une image à la fois sensuelle et angélique s’est approchée de moi. Serait-ce donc ça le paradis?

"Bienvenue sur l’Île des légendes!"

C’était elle, la Marilyn de mon adolescence frénétique, dans toute sa splendeur. Elle prit ma main et me dit : « viens, nous allons nous occuper de toi ».

Nous marchions à travers la forêt luxuriante et elle a murmuré : « il faut prendre ce chemin, sinon nous tomberons sur les Kennedy.»

Au fil des ans, j’ai appris que l’île était divisée en deux clans et que, malgré toute l’amour qu’elle avait un jour porté à John F., elle détestait désormais les frangins Kennedy car ils l’avaient contrainte à quitter la gloire pour l’île because elle en savait trop pour les visées présidentielles de Bob.

Arrivés au camp. Je l’aperçu, là, près de moi. Chemise hawaïenne et collier de fleurs au cou. Son exil lui avait déjà fait perdre une vingtaine de kilos.

Il n’était pas aussi mince qu’aujourd’hui mais il avait déjà retrouvé le goût de vivre. Après m’avoir offert une purée de banane, il m’a expliqué comment il avait retrouvé Dieu à travers ce livre, qu’il ne quitte encore jamais, sur le suaire de Turin.

Puis il m’a expliqué les lois de l'île sur laquelle il régnait tel un bon King. Puis, stoïquement me mis en garde d'un ton menaçant : «formellement interdit de consommer de la drogue et de frayer avec les Kennedy, ces enculés de démocrates.»

C’est alors qu’un grand pouilleux sympathique avec des drôles de cheveux, Marley, qu’il s’appelait, s’est approché de moi et m’a dit en rigolant :

"Ne l’écoute pas, Man, il radote parfois un peu. C’est à cause des pilules. Fais semblant que tu l’écoutes et il sera heureux. Jah vit. Jah vivra en toi!"

Elvis nous a alors montré sa badge du Bureau des Narcotiques que Nixon lui avait offert en 70.

Marley pis l’autre là, Morrisson, ont alors commencé à se passer une cigarette roulée comme celles des "feufis". En plus elle sentait bizarre. Je me doute bien qu’ils fumaient de la mezzanine...

Au loin, deux hommes, à moins que ce ne soit deux femmes, Janis Joplin et Jimi Hendrix jouaient de la guitare. Ils se préparaient pour une grande fête où même les Kennedy seraient invités.

"Quoi, vous ne me croyez pas. J’avais un appareil photo. Voyez! Comment ça on ne voit que moi? Ils sont tous là, regardez la photo! Comment ça y a juste moi?"

C’est alors qu’on entendit à la radio un amalgame de voix connus qui chantaient «a legend, must stay a legend..."

Et l'infirmière belle comme une limousine blanche est arrivée... "Ça va bien aujourd'hui Monsieur André?"

3 commentaires:

Dianerythmes a dit…

Mmmm...Humm??..Je dois dire que le chocolat commence a avoir un effet sur toi avant meme que tu l'es consommé!!..Plutot rare ce phénomène!..HIHiii!.Non mais je l'a trouves tellement belle cette photo wow!.. Quel charme..!..Klod je te souhaite a toi et ta petite famille une belle fin de semaine de Paques! A bientot..xox..et en passant j'en ai pas encore fini avec Jean-Claude!..HIhiiii...

klod a dit…

Ton mec n'est pas trop jaloux j'espère de tes ébats avec Jean-Claude.


Joyeuse päques à toi aussi et merci encore de ta participation enthousiaste et réjouissante.

Dianerythmes a dit…

Non Klod mon mec n'est pas jaloux du tout dailleur il est tellement pas jaloux que..Et bien en fait la raison pour laquelle il n'est telle4ment pas jaloux c'est qu'il n'y a pas de mec!..HIHiiii! Mais je travail fort avec Jean-Claude on ne sais jamais peutetre que ca sera plus que physique!.HIHIii!..C'est toujours un plaisir de venire te voir Klod, a bientot...xox