dimanche 22 avril 2007

Dubois bio...


S’il m’est arrivé d’être critique à l’endroit de Guy A. Lepage, je dois confesser que j’aime malgré tout l’émission Tout le monde en parle. Surtout lorsqu’elle nous offre des moments comme celui avec Claude Dubois.

Un artiste que j’aime profondément depuis toujours et auquel je m’identifiais pendant l’âge ingrat des premiers furoncles et des dramatiques chagrins d’amour.

À la fois bum et romantique, Dubois incarnait, et c’est à mon sens toujours vrai, une certaine quintessence de la mâlitude.

Intelligent et sensible, engagé et irrévérencieux, cet homme à su dire tout haut ce que ressentais la majorité silencieuse à travers des chansons qui sont la trame sonore du Québec depuis les seventies.

Vous ne serez pas étonné d’apprendre que je rêve depuis toujours, en fait depuis que j’écris dans les médias, de devenir l’auteur de la biographie de ce surdoué excessif dont les coups de gueule, la passion pour les voyages et, bien sûr, la vie trépidante ponctuée par l’enfer de la dope et la tôle est digne d’un roman.

Je lui ai d’ailleurs fait part de mon savoureux projet lorsque j’ai eu le privilège de le rencontrer dans un hôtel du centre-ville pour une entrevue sur ses nombreux voyages, il y a environ trois ans.

En ce qui me concerne, la chimie avait opéré mêmne si Claude Dubois m’avait répondu, sourire aux lèvres, après que je lui eu fais part de mon projet de bio : « Je ne suis pas encore mort ». « Mais justement, ça vous permettra de la lire », avais-je rétorqué enthousiaste.

Puis nous avions discuté musique en général et des mythiques albums Fable d'espace et Mellow Reggae en particulier grâce auquel Dubois devait devenir le premier "cul blanc", avant Gainsbourg, à proposer du reggae en français.

Quelques jours plus tard, je fus le plus heureux des hommes lorsque son attachée de presse m’a informé que le chanteur lui avait fait part de ses bons auspices à mon humble égard après notre rencontre.

C’est donc avec ces mots en mémoire que je reviendrai à la charge avec mon précieux projet quelque part au cours de la semaine prochaine.

En effet, alors que nous étion ensemble au Conti avec l'équipe pour la dernière de l'émission Ici et Là jeudi dernier, l'ami Pat (lire post précédent), bientôt ancien chef de la section musique du Ici, m'apprenait qu'une entrevue avec Dubois était imminente.

Et tout ça pendant que l'artiste en question était assis à une table voisine !

Donc, si tout fonctionne, je devrais le rencontrer à nouveau pour causer, officiellement, de la publication le 10 mai prochain de cet album de duos et de reprises de ses plus grands hits avec Richard Desjardins, Garou, Éric Lapointe, Francis Cabrel, Patrick Bruel, Céline Dion… Opus réalisé dant le but déclaré de le faire découvrir aux Français.

À suivre…

ps: Dans un autre ordre d'idée, si Claude Dubois a écrit la magnifique Si Dieu existe, il nous est loisible d'entendre les anges sur la page my space de ma cousine Claude-Marie Landré, celle qui officait la messe de Minuit dont je vous parlais à l'ouverture de ce blogue le 27 décembre dernier. Magnificos.

5 commentaires:

Pascal a dit…

J'espère pour toi que ton excellente réponse d'il y a 3 ans « Mais justement, ça vous permettra de la lire » deviendra réalité.

klod a dit…

Merci Pascal,

Toujours heureux de te voir...

Tu es content des résultats du premier tour?

Jean-François a dit…

Il y a une erreur sur le lien de la page myspace de Claude-Marie Landré.


http://myspace.com/claudemarielandre

klod a dit…

Merci Jean-François (mon cousin?). Je savais déja. Le système du blog n'arrive pas à enregistrer correctement l'adresse de la page my space de Claude-Marie.

klod a dit…

L'entrevue a eu lieu cet aprèm (lundi le 30 avril) j'avais r-v avec Dubois dans une chambre d'hôtel! Lui ai parlé de mon projet. N'a pas dit non... On y reviendra. En attendant, dois rédiger mon texte pour le Ici avec l'artiste en question. Yé.