vendredi 20 juin 2008

The Lost Fingers


Doigts d’honneur

Méchant engouement en perspective autour de ces enfants illégitimes de Django Reinhardt qui revisitent la pop eighties

Claude André

Fortement imprégné du mythique Django Reihnardt, c’est en songeant aux deux doigts qu’avait perdu le roi des musiciens manouches suite aux conséquences de l’incendie de sa roulotte en 1928, alors qu’il était âgé de 20 ans, que le guitariste Byron Mikaloff a inventé le nom The Lost Fingers.

Épithète qui devrait, telle une trainée de poudre des années 80, se retrouver rapidement sur de nombreuses lèvres d’amateurs de zique de tout acabit.

Avec un encodé ultra sympathique et vivifiant paru récemment, Lost in the 80s, et une série de spectacles fort attendue dans le cadre du Festival de jazz, le trio de Québec, composé également de Christian Roberge au chant et à la guitare et d’Alexandre Morrisette à la contrebasse et aux chœurs, a le vent en poupe.

Il faut dire que les orchestrations finement confectionnées de tubes tels «Pump Up The Jam» (Technotronic), «You Give Love a Bad Name» (Bon Jovi), «Billie Jean»(Michael Jakson), «Touch Me (Samantha Fox)» et, entre autres…«Incognito» de Céliiiiiiiine, ont tout pour vous fixer un sourire des plus béat. Que vous soyez amateur de musique raffinée ou consommateur de hits effrénés.

C’est d’ailleurs avec le sourire de celui qui vient de fumer une cigarette de clown (lire joint), que le journaliste qui avait encore en tête leurs arpèges gypsys, a vu apparaître les trois virtuoses vêtus de leurs habits de scène dans la salle à manger du Café Cherrier : escarpins blancs et chemises roses sous un complet gris orné d’une cravate étroite couleur argent

Mauvais plaisantins?

À table, Alexandre, 23 ans et cadet des ses collègues jeunes trentenaires, interroge d’un ton anxieux ? «Quelles chansons as-tu aimé sur l’album ?» après que je lui eus fait part de mon enthousiasme. «Disons plutôt laquelle j’aime le moins, ça sera plus simple», répondis-je, en évoquant «Incognito», du tandem Plamondon-Rousssel.

Christian, le docteur en biologie et voix chaude du band, s’empare du crachoir : «Incognito ? C’est la compagnie de disque qui voulait absolument que l’on fasse une chanson en français. On a donc fait un démo de chansons francophones composé de pièces de Kathleen («Où aller»), une autre des Rita Mitsouko, en plus de «Joe le taxi» de Vanessa Paradis…Moi, j’avais un faible pour «Joe le taxi»… Puis Byron reprend de son mignon accent d’anglophone qui cause en français: «Je trouvais ça niaiseux, alors j’ai proposé «Incognito». Je me suis dit : après tout on est du Québec…», poursuit-il en soulignant s’être farouchement opposé à la volonté du producteur de disque qui souhaitait que le groupe reprenne une chanson de Serge Fiori. Ce qui ne cadrait pas avec l’esprit à la fois boule en miroirs et festif du projet.

Projet qui connaîtra sans doute une suite (incluant «Voyage, voyage» de Désireless et «Joe le taxi»), qui serait elle-même succédée d’un album double qui survolerait les années 90s. Ce dernier comportera un cd consacré à des tubes pop et un autre à des «classiques» du répertoire alternatif.

En attendant la suite des choses et leurs prestations au Festival de jazz où standards de Django, extraits de vidéoclips et autres karaokés viendront s’ajouter à la fête, une question demeure : Que dirait Mister Reihnardt de tout cela ? «Django, pour avoir lu plusieurs biographies, est quelqu’un qui possédait un grand sens de l’humour», avance Christian. «Je crois qu’il trouverait cela très drôle». Alors si Django se retourne dans sa tombe, ce sera peut-être pour mieux s’esclaffer.


27 juin au 6 juillet

5 à 7 Pavillon Heineken

Festival de Jazz

3 et 4 juillet

Festival d’été de Québec


Souvenirs eighties

Alexandre Morissette, contrebasse et chœurs : «À cette époque, j’étais, malheureusement, fan des News Kid On The Block. Avec ma sœur et mon frère, on montait des chorégraphies dans le sous-sol familial. J’en ai crée également quelques unes sur du Technotronic (Belges précurseurs du hip-house et auteurs de Pump Up The Jam, reprise par The Lost Fingers)»

Christian Roberge, chanteur et guitariste : «J’aime bien «Girls Just Want to Have Fun» de Cyndi Lauper. Même si c’est quétaine, il y avait dans cette voix quelque chose de convaincu».

(Puis, tandis que l’auteur de ces lignes évoque la très belle «Time After Time» de la même Cyndi Lauper, le guitariste Byron s’enthousiasme en parlant de ce moment magique, disponible sur You Tube, où Miles Davis l’a soufflée dans sa mythique trompette à l’édition 1985 du Festival International de Jazz de Montréal. Puis Christian reprend : «J’avais fait, moi aussi une chorégraphie mais c’était au cégep après les années 80. J’étais à cette époque un des deux seuls gars dans un cours de danse jazz et nous avions monté une chorégraphie sur une chanson de Paula Abdul. Ma partenaire était la chanteuse-violoncelliste Jorane qui se prénommait encore Johanne à l’époque !

Byron Mikaloff, bassiste et choriste : «Pour moi, les années 80 c’est Twisted Sister. Lorsque cette formation est arrivée, cela m’a changé dans mon mental. J’avais un petit côté délinquant au départ et avec ça je suis viré fou. Ce qui a occasionné des problèmes à mes parents. Je me suis fait percer l’oreille, j’ai laissé pousser mes cheveux… Tu sais, je fréquentais une école catholique… J’ai appris leurs chansons, moi qui avais commencé à la guitare classique. Mon père, à cette époque, a donc instauré un règlement : je devais pratiquer la guitare classique pendant une heure avant d’avoir le droit d’utiliser ma guitare électrique qui était verrouillée. J’ai donc toujours étudié la guitare classique et c’est d’ailleurs pour cela que j’ai quitté la Colombie-Britannique pour le Domaine Forget de la ville de Québec.»

3 commentaires:

Dianerythmes a dit…

Bonjopur Klod , mon dieu ça fait tellement longtemps!....J'espere que tu vas bien,c'est drôle parce que dernierement je me suis fait dire 2 fois combien ton texte et ma voix en mélodie étaient beaux ensembles...Voilà j'ai eu envie de te le partager;-) Je te souhaite une belle fête du Québec et je tacherai de prendre une gorgée de biere à ta santé mon cher..;-)
À tres bientot Klod....Diane

Dianerythmes a dit…

*Bonjour (dsl..)

Melissa Maya a dit…

je vais te prêter un film magnifique qui traite de l'enfance et de l'univers manouche....
:)