lundi 27 septembre 2010

Entrevue avec Claire Pelletier




Le retour de l’alchimiste

L’alchimiste de la chanson planante et atmosphérique Claire Pelletier effectue sa rentrée montréalaise entourée de six musiciens.

Souvent associée à Loreena Mckennitt au début de sa carrière solo lorsque venait le moment de lui trouver une famille artistique, l’ex choriste de Michel Rivard et d’un certain Claude Dubois, entre autres, a créé un spectacle qui se déploiera autour de son dernier album Six.

Une œuvre qui s’articule autour du désenchantement. Un thème abordé à l’occasion d’un repas en compagnie de Richard Desjardins qui célébrait son anniversaire ce soir-là et qui l’a instantanément interpellée. À l’orée de la cinquantaine, la chanteuse très conscientisée sur le plan environnemental s’est dit : «si je n’exprime pas mon indignation maintenant quand le ferai-je ?».

Mais cela n’était pas évident d’enchansonner ce désenchantement sans sombrer dans la désespérance et la noirceur. Puis, quelques temps après ce fameux repas, elle reçoit de la part du poète Michel X Côté, qui y avait également assisté, lui qui collabore avec Desjardins, le texte de la chanson L’oubli, la mer. «Quand je l’ai reçu, ça m’a rentré dedans. J’ai dit wow, c’est exactement ce que je veux. J’aimais la subtilité et la profondeur qui en émanait. Ce n’est pas à la première lecture que l’on  saisit toute son ampleur et nous pouvons l’interpréter chacun à notre façon. Il s’agit de la chanson phare de l’album. Elle raconte que l’on vient de la mer et qu’on  y retourne tranquillement, vers elle et l’oubli aussi», avance l’artiste en évoquant la théorie de l’évolution des espèces.

Puis, au gré des rencontres, elle a trouvé une âme sœur en la personne de Sylvie Massicotte qui lui a également offert des textes qui, au final, accompagnent celui de Marc Chabot, parolier des cinq autres albums.

Le spectacle

Afin de transposer cet album chaleureusement accueilli par les observateurs pour la scène, Claire a évidemment fait appel à son conjoint l’excellent bassiste et réalisateur Pierre Duchesne (Piché, K.Parent) qui, plutôt que d’officier à la basse comme d’habitude, se chargera des claviers et des programmations. La chanteuse pour sa part s’emparera de la quatre cordes à quelques reprises, de la guitare électrique, de la batterie en plus d’un instrument chinois qui s’apparente à une harpe, le guzhen. 

Se greffent à cela le batteur Simon Blouin, André Papanicolaou aux guitares ainsi que trois choristes qui contribueront à l’atmosphère planante de ce spectacle ponctué de montées intenses quasi rock. Le tout enveloppé de néons ultra modernes.

Six musiciens pour entourer Claire Pelletier donc.  Au fait, ça vient d’où ce concept de Six ? «Les scientifiques ont démontrés que depuis le Big Bang, il y a eu cinq grandes extinctions sur la planète et à chaque fois 90 % des êtres vivants ont disparus. La sixième est devant nous. Bien que certaines personnes pensent qu’elle surviendra en 2012, nul ne sait exactement quand ça arrivera». «Espérons que ça ne sera pas la semaine prochaine car ça viendra gâcher ta rentrée». Elle s’esclaffe.

Claire Pelletier
Six
Mardi 28 et mercredi 29 septembre à 20 H.
Le Gesù.

1 commentaire:

blogoth67 a dit…

Nous venons juste de découvrir Loreena Mckennitt grâce aux leçons de gym de mon épouse !